Le Carnet De Johanna (1991-1992)

90024409_813456155817711_7303039231931187200_o

À quoi rêvent les jeunes filles ?
Ceux et celles qui m’accusent de cultiver le fantasme abscons de la lolita et de la petite allumeuse vont apprendre que cela existe vraiment, car voici ci-dessous l’authentique journal intime d’une collégienne des beaux quartiers, rédigé entre 1991 et 1992, avec quelques additifs de 1995 et 1997.
Comment suis-je parvenu en possession de ce document ? De la manière la plus fortuite possible, à un stand des Puces de Clignancourt où j’avais déjà trouvé le journal de voyage en Irlande d’une touriste en 1968 il y a deux ou trois ans.
Cette petite Johanna, devenue grande, a jeté son journal dans une poubelle, mais les poubelles se déversent dans les déchetteries régionales, et dans ces déchetteries, il y a des employés qui ramassent les livres encore potables pour les donner à leurs cousins qui tiennent un stand au Marché aux Puces.
Ce qui a probablement sauvé ce manuscrit de la destruction, c’est que ce journal intime ait initialement été un produit vendu par Cacharel. Un éboueur s’en est saisi, se disant que ça vaudrait bien quelque chose. En réalité, ça n’a aucune valeur marchande, et en même temps, c’est inestimable.
À tous ceux et celles qui ont craché sur Gabriel Matzneff, voici typiquement le genre de jeune fille qui représentait son cœur de cible, et vous verrez qu’il n’y a pas besoin de manipuler une jeune innocence pour les amener dans un lit, certaines ne demandent que ça, et en lisant ces quelques pages, on est même ébahi qu’une jeune fille de 14-15 ans puisse faire preuve d’une pareille rouerie.
Je précise aussi que ce journal ne parle que de ses multiples flirts, en nommant d’ailleurs tous les intervenants. Il y a même la carte de visite d’un jeune homme au dos de laquelle la jeune fille a précisé quand et où elle se l’est emballé. Sur la fin, il commence à y avoir des délires un peu religieux (chrétiens), tant il est vrai que de tous temps, les pires pécheresses ont fait les meilleures dévotes.
Point d’orgue que vous trouverez ci-dessous : le chewing-gum mâché et scotché sur une des pages que Johanna avait dans la bouche le soir de son premier flirt. Fabuleux !
C’est un document unique et hallucinant, et un vrai document sur la jeune fille de bonne famille à la toute fin des années 90. Je suis particulièrement heureux de posséder ce Journal Intime, et d’en partager ici les bonnes feuilles…

JB2
JB3JB4JB5JB6JB7JB8JB9JB10JB11JB12JB13

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s