Alma Forrer

snip_20200526044709

Petit coup de pub à une jeune chanteuse française, une fois n’est pas coutume, sans véritablement que je sache pourquoi au fond, parce que certes, ce n’est pas mal, mais ce n’est pas encore tout à fait ça…
Jusqu’à il y a encore quelques mois, Alma Forrer était une chanteuse folk gavée de songwriting à l’américaine, au sujet de laquelle on pouvait dire grosso modo qu’elle avait du talent, mais que ça n’était pas nécessairement le sien. Il faut dire que ce créneau musical est très recherché, très formaté et que le récent sacrement de Jeanne Added, au concept plus lesbiano-compatible sur le plan marketing, rend très difficile la bonne santé commerciale d’une concurrence qui s’acharne à faire plus ou moins la même chose.
Alma Forrer a donc revu sa copie, ce qui est tout à son honneur, et évolue désormais dans une synth-pop pas non plus très originale, mais qui semble déjà plus intéressante que son premier album. On passera sur le peu d’inspiration du clip, qui ressasse des clichés mille fois vus dans des publicités d’eau de toilette ou d’après-rasage. Curieux qu’une jeune fille de 26 ans, il est vrai précocement grisonnante, se mette en scène dans des fantasmes de motarde quinquagénaire, mais bon, born to be wild, n’est-ce pas ?

« Conquistadors » est un morceau tout à fait sympathique, quoiqu’un peu mou du genou, assez inégalement produit et surtout très mal mixé. On le rapprochera sans rougir de ce tube des années 80, lui aussi très tourné vers les grosses mécaniques : « Aviateur » de Véronique Jeannot. C’est vous dire si c’est ringard, mais d’une ringardise un peu oubliée, et donc de nouveau rafraîchissante, car enrobée de la dream pop des années 2010.
Alma est vraiment touchante, dans le sens où elle est très mal à l’aise face à la caméra, tente de se donner un air de louloute Harley-Davidson bien trop éloigné de son naturel, et joue en soutif à des jeux S/M pas vraiment sexuels, il faut bien le reconnaître. C’est fou ce que cette génération a du mal à s’encanailler !
Enfin, jalouse de la moto de son homme (les féministes apprécieront ce vieux cliché phallocrate), Alma profite d’un moment d’inattention de son propriétaire pour y mettre le feu, sauf que l’on voit quand même assez bien qu’il s’agit d’une vieille carcasse partiellement démantibulée et déjà bien attaquée par la rouille. Dame ! C’est qu’on n’en trouve pas tant que ça dans les casses autour de Paris…

Bref, c’est loin d’être un chef d’oeuvre, mais c’est attendrissant, ça a ce petit mauvais goût arbitraire auquel les labels même indépendants ne se risquent plus trop aujourd’hui. C’est du Rider un peu trop Easy (-Listening), mais qui rappellera de vagues souvenirs à ceux qui ont vu comme moi leur libido apparaître au cœur des années 80, et y puiser des rêveries dans des clips un peu similaires du Top 50.
Pas sûr que « Conquistadors » finisse numéro 1, mais c’est le premier extrait d’un nouvel album qui promet d’être déjà plus inattendu que le précédent, et il faut savoir encourager les artistes qui essayent de faire quelque chose de nouveau, même si ça n’est pas très abouti. Alma Forrer roule sur une voie intéressante, plus très fréquentée, dont on n’est pas sûr qu’elle mène quelque part, mais c’est déjà plus sympa que l’autoroute perpétuellement embouteillée du folk post-yankee à voix tremblotante.
Mention spéciale pour le vers : « Tous les garçons sont des améthystes qui reflètent sur moi chacun de leurs vices et j’aime ça terriblement, je ne vois plus passer le temps ». Très beau, très subtil, ça nous change des geignardises puritaines de notre époque, c’est quelque chose que j’aurais aimé écrire moi-même…
Bref, pour conclure, Alma Forrer est une artiste à suivre, d’autant plus facilement qu’elle ne roule pas très vite. Il devrait y avoir un album cette année, je vous en reparlerai s’il y a lieu de le faire.

https://www.youtube.com/watch?v=Jmp66dfUlYk

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s